30 décembre 2006

Repos


Hiver se pose enfin

Sur Nanates retraite 

Année touche à sa fin

Pulls s’accumulent


Un an s’ajoute aussi

Au compte particulier

Mais de bilan pas l’ombre 

Comme c’est parfois le cas

L’heure est passée 

J’ai tout gratté 

Tout soulevé

Tout retourné à la lumière 

Du soleil de l’été

(Jamais tout

Et quand bien même

Ça se réencrasse

Et on détourne

Le regard jusqu’à

Ne plus pouvoir

Bouger un doigt

Ou un neurone

Tant on patauge alors)


Vie sociale sommaire

Quotidien sans grandes surprises

Simplement appréciés

Travail et histoires

Travail des histoires

M’accaparent


Et maisons penchées sur

Vieilles pierres, beaux arbres

Passerelles, voies ferrées

Touffes d’herbe, rues pavées

Fumée qui s’échappe

D’orifices dans le sol

Au pied d’une fameuse

Gentille petite tour...

Adoptés pour de bon

Ville est ma ville


(Sur quoi ça repose...)